Skip to main content

Rapport mensuel sur l’activité indigène dans le Département d’Alger, août 1940

التأريخ:

01.09.1940

Location:

אלג'יר, אלג'יריה, אנגליה, גרמניה, צרפת

شخصية:

Abbas Ferhat, Amiral Abrial, Bendjelloul, cheikh el Okbi, Hitler, Petain

Keyword:

antisémitisme, Indigènes-Colons

Archive:

Aix-en-Provence

Folder Number:

IMG_0992-IMG_1003

الوصف

Ce rapport donne un aperçu d’ensemble d’août 1940 sur l’activité politique des élus musulmans, des oulémas réformistes, du parti du peuple algérien, etc. Nous pouvons y lire également des informations sur la jeunesse du congrès musulman algérien, l’action des partis européen sur les Indigènes, les travailleurs indigènes, la question économique, etc.

“L’hostilité contre les Juifs n’a fait que s’accentuer au cours du mois, non seulement chez les Musulmans, mais chez de nombreux Européens (notamment les membres du P.P.F, Parti Populaire Français). Ceux-ci les accusent d’avoir, par solidarité, avec leurs frères d’Europe Centrale, poussé à la guerre,, et d’avoir, en corrompant tous les organes de l’Etat, rendu notre défaite inévitable. Les Musulmans leur reproche surtout de les avoir ruinés en pratiquant l’usure (ils sont cependant loin d’avoir le monopole de celle-ci), d’être devenus tout puissants en Algérie en y raflant tous les métaux précieux, et de spéculer à la hausse en faisant disparaître les denrées. Cette hostilité se nourrit de faits précis, notamment des sanctions (publiées dans les journaux), prises contre des ocmmerçants juifs pour dissimulation de stocks alimentaires (arrestations à Alger, le 8 août, de M. Jaïs, propriètaire de la Brasserie Universelle). Il ne fait pas de doute, par ailleurs, que des trafiquants Israélites ont, jusqu’à ces tout derniers temps, circulé dans le département en achetant pièces et bijoux; c’est à eux, à tort ou à raison, qu’on attribue le bruit qui a couru un peu partout, que le Gouvernement réquisitionnerait prochainement, à un prix dérisoire, tous les métaux précieux.”

“De nombreux petits incidents dénotent un antisémitisme croissant dans presque tout le département”. A Alger, à Affreville, à Tizi-Ouzou, des affiches, tracts et papillons anti-juifs sont diffusés quotidiennement (preque toujours semble-t-il par des Européens)…”De légers incidents opposent des Musulmans à des Juifs, notamment à Blida, Médéa, Boghari, etc”. Des graves incidents sont survenus au Kef (en Tunisie) le 9 août.

“Les dirigeants israélites d’Alger ont marqué le souci d’atténuer cette hostilité, soit en s’efforçant de se faire oublier (M. Bernard Lecache, président de la LICA a cependant sollicité l’autorisation, qui lui a été refusée, de faire reparaître à Alger, son journal “Le Droit de Vivre”), soit en rappelant leurs coreligionnaires à la nécessité de se plier aux réglements commerciaux, soit encore en faisant des avances au Musulmans : c’est ainsi que le Docteur Loufrani aurait récemment proposé de verser une somme au Bureau de Bienfaisance Musulman, dont le Président, M. Bouderba, aurait repoussé cette offre. D’autres s’efforceraient, ici ou là, de détourner contre les Européens l’hostilité des Musulmans, rappelant leur origine commune, et faisant valoir que si les doctrines racistes s’établissaient en Algérie, les Arabes auraient, tôt ou tard à en souffrir aussi bien que les Israélites.”

“Certaines mesures gouvernementales intervenues au cours du mois (abrogation du décret-loi du 21 avril 1939 sur les incitations à la haine des races) renforcent dans les milieux indigènes la conviction que le décret Crémieux sera prochainement abrogé. Il ne fait aucun doute que ce décret fut, en matière de politique indigène, une de nos plus graves fautes. Beaucoup de bons esprits estiment cependant qu’il est aujourd’hui bien tard pour revenir sur une mesure de ce genre, que l’abrogation pur et simple du décret lèserait beaucoup d’innocents et nous engagerait dans des complications imprévisibles, que des mesures d’ordre individuel, enfin, contre les Israélites qui ont démérité seraient plus équitables et peut-être plus efficaces.”

“Il importerait en tout cas, pour atténuer le malaise actuel en donnant une satisfaction légitime aux Musulmans, de réduire fortement la proportion des Juifs employés dans les services fiscaux […], comme auxilaires de la justice, ou dans la police.”

“A Alger, 7 huissiers sur 12 sont Israélites, proportion d’autant plus étonnante que les Juifs ne sont en Algérie que 100 000 au maximum sur 850 000 citoyens français de toute origine (A. Bernard, dans son ouvrage sur l’Algérie, page 398, les évalue à 86 000 en 1929)”. “L’ouvrage de M. Wahl, sur l’Algérie contient un chapitre très documenté et d’un intérêt tout à fait actuel, sur la question juive en Algérie”.

Skip to content